Articles

La particratie, cette dictature qui ne dit pas son nom...

Image
Alléluia, nous avons un nouveau gouvernement fédéral. On me demande si je suis content et enthousiasmé par la déclaration gouvernementale. Franchement? 
Comme je le dis depuis des mois, on ne fera pas un monde de demain avec des élus formattés hier. Donc, non, je ne suis pas enthousiaste. D'abord, parce qu'une déclaration d'intention n'est jamais que ce qu'elle dit être: des intentions. Après, les petits jeux politiques reprendront sans doute le dessus durant la législature et les promesses d'hier ne seront sans doute pas les concrétisations de demain.
Ensuite, parce que je vois déjà plusieurs points catastrophiques pour les francophones: les principaux ministères sont sous la coupe des flamands qui ont déjà démontré par le passé que leur projet autonomiste transcendait, de leur côté, les partis.  Même Groen et Vooruit ont déjà eu des positionnements "pro-flamands" qui laissent craindre que la prise en main du pouvoir par la Flandre va continuer.  Il est d…

Ma vision "gouvernance des élus" expliquée en détail

Image
Cette semaine, Patrick Dupriez, ancien co-président Ecolo, me faisait remarquer sur Twitter, que ma vision devait être décalée par rapport à la réalité. Car en effet, ce que je souhaite dans le cadre de l'évolution des partis politiques et des candidatures à des postes démocratiques serait loin des demandes des citoyens. Ce n'est sans doute pas faux.  En effet, je me doute que le citoyen est avant tout humain et que l'humain suit la pyramide de Maslow.

Donc, il est clair que le problème de la probité des élus et de la qualité de la représentativité dans le système politique, qui est avant tout un problème complexe que l'on peut placer dans les besoins d'accomplissement sont loin de ce qui intéresse le citoyen au jour le jour.
J'en suis conscient.  Mais ce n'est pas pour cela qu'il ne faut pas travailler, pour ceux qui en sont à ce stade et qui peuvent donc se le permettre, dans le but de réaliser ces objectifs qui - in fine - participent de l'améliorati…

Projet "génération 80" en podcast

Image
Un petit article rapide pour signaler que, si ce blog ne bouge plus depuis juillet, ce n'est pas parce parce que je suis désespéré par les comportements de nos responsables politiques: je pourrais parce que, en effet, c'est le cas et il y aurait néanmoins bien des choses à dire.
Ce n'est pas non plus parce que je ne crois plus dans le projet de nouveau mouvement francophone issu du cdH: il est visiblement en hibernation, puisque même Christophe Deborsu a oublié son existence quand il reçoit Maxime Prévot dans son émission (6/9).
Ni parce que je ne retrouve pas de décisions qui semblent sortir de la logique et suivre des idées purement émotionnelles ou irrationnelles. Justement, il y en a plein pour le moment, surtout avec les décisions autour du Covid.
Non, rien de tout cela. 
Simplement, je publierai peu (si rien d'important ne se passe) parce que je me suis lancé dans un projet qui me tenait à cœur depuis longtemps, ayant été parmi les premiers au début des années 2000 à…

Participer à "Il fera beau demain": pour ne pas avoir de regrets

Image
Sur Twitter, plusieurs se sont évertués à me rappeler combien participer à "Il fera beau demain" était du temps perdu puisque "ce sera de toute manière un simple lifting du cdH, parti de pouvoir conservateur implanté dans des racines chrétiennes, partenaire de partis extrêmement à droite au niveau européen". Si c'est le cas, je pourrais en effet perdre mon temps à participer à ce genre d'activité et/ou à apporter une quelconque "caution citoyenne" (aussi faible fut-elle) pour un travail qui ne changerait rien à la donne politique.  Mais est-ce vraiment le cas? 

Soyons clair et transparent, ma préférence aurait toujours été à une recomposition de la politique francophone/wallonne: il y a des libéraux sociaux qui ne se sentent pas bien dans un parti agressif refuge de la droite économique et sceptique, des écologistes non convaincus que s'affranchir de tout nucléaire est une solution à court terme dans un monde qui doit éliminer les rejets liés à …

Ecolo est-il encore un parti modéré?

Image
Je suis (du verbe suivre) Ecolo depuis 1996.  D'abord parce que j'ai toujours eu une fibre environnementale, du côté de la protection des animaux ou de la promotion de la biodiversité et ensuite parce que ce parti s'est toujours positionné comme voulant changer le "comment" de la politique, en y mettant plus d'éthique et de gouvernance, ce qui reste pour moi la condition sine qua non de toute évolution: on ne changera pas le "comment" politique si on ne change pas le "qui" et pour changer le "qui", il faut mettre des règles strictes.   J'ai ainsi souvent défendu Ecolo contre les attaques injustes, principalement du MR, en campagne électorale. Pour les avoir également connus de l'intérieur, je sais que les adversaires d'Ecolo - ceux qui essaient d'éloigner d'eux les électeurs modérés et ceux du centre/centre droite - faisaient grand bruit de la présence de Zoé Genot - pasionaria dont j'admire les valeurs et l…

La police de la pensée aurait-elle migré à gauche?

Image
Depuis le roman "1984", on a toujours associé le totalitarisme qui entraîne la censure et la répression à l'extrême droite et au fascisme, voire au conservatisme.   Les exemples les plus récents de notre société furent les destructions culturelles organisées par les nazis avant la seconde guerre mondiale (autodafé - 1933) ou simplement celles mises en oeuvre par l'état islamique contre les merveilles culturelles du berceau de l'humanité (Mossoul - 2014). Pourtant, est en train d'apparaître un nouveau front dans cette lutte pour le bâillonnement de la libre pensée d'un endroit que l'on n'aurait pas imaginé: du côté des progressistes.


L'humour raciste existe certainement.  En ce sens que quand un humoriste, hors de son travail, démontre des penchants pour le rejet de l'autre ou de certaines franges de la population, on peut le taxer de raciste.  S'il en use dans son travail, c'est qu'il fait de l'humour raciste.  L'exemple l…

Racisme en Belgique, vraiment dans tous les cas?

Image
L'embrasement de la société suite à l'affaire Georges Floyd, n-ième cas de violence raciale "anti-noirs" aux états-unis a amené au devant de l'actualité un problème critique et important mais a aussi amené son lot de tentatives d'amalgames et de récupérations plus ou moins douteuses.
Le cas des Etats-Unis est symptomatique: certains blancs, colonisateurs, et leurs descendants y ont toujours - tout au long de leur histoire - opprimé les minorités ethniques.  Que l'on aille des amérindiens aux noirs en passant par les latinos, ils ont toujours cherché à soumettre ceux qu'ils désignent comme "de moindre valeur".  Que ce soit via l'esclavage, l'apartheid ou simplement la ghettoïsation ou l'emprisonnement pour des raisons futiles, l'histoire américaine est remplie de minorités ethniques opprimées par ceux qui se pensent supérieurs.  On peut vraiment parler de problème systémique car les dirigeants de l'état acceptent une situat…