Arrêtez de vouloir imposer le néerlandais en Wallonie

Je redonne vie à ce blog pour un article car je pense que le sujet est important et qu'il faut pouvoir argumenter.

Avant tout, je n'ai rien contre le fait que les wallons puissent apprendre plusieurs langues, s'ils sont dans les conditions pour le faire.

En effet, on est tous d'accord qu'au plus on connait de langues, au plus on a de chances de s'ouvrir à d'autres cultures et au monde.

Sauf que vouloir l'imposer en seconde langue obligatoire aux wallons comme le veut la communauté française la fédération Wallonie Bruxelles et sa ministre bruxelloise est un non sens. 

J'ai donc un énorme problème avec le fait que les gens qui veulent imposer le néerlandais comme seconde langue aux wallons soient principalement des flamands (parfois émigrés de Wallonie vers le brabant flamand) et des bruxellois.  En effet, ils n'ont pas la vue complète du problème et ne semblent pas contredits par leurs collègues wallons qui, en tant que politiciens de métier, n'ont sans doute qu'une lointaine vision de la réalité du terrain.

En clair, on parle de gens qui n'ont pas le biais culturel du wallon.  Celui-ci a un grand voisin français qui phagocyte ses médias, ce qui lui donne l'impression erronée de ne pas avoir besoin d'une autre langue.  En dehors de ces médias français, il a un environnement totalement anglophone (films, séries, musique, etc.).

Pour des familles qui ne sont pas à proximité immédiate de la Flandre, apprendre le néerlandais n'a rien d'intuitif, le pratiquer est totalement impossible sans une volonté farouche, volonté qui n'existe pas et n'existera jamais dans les milieux qui ne sont pas constamment en contact avec des flamands.

Si on rajoute à ceci le fait qu'il n'y a ni la capacité en enseignants, ni la pédagogie permettant de rendre cette langue facilement accessible au petit wallon de base, ni les circonstances économiques favorables permettant au petit wallon d'avoir les conditions idéales pour l'apprentissage des langues (pièce isolée dans la maison pour les exercices oraux, cours de rattrapage individuels, etc.), cette obligation est mort-née.
Tout au plus aura-t-elle comme conséquence de rendre le parcours scolaire des petits wallons encore plus complexe, étant donné qu'une seconde langue obligatoire en échec sera déjà un clou planté dans son cercueil du redoublement.

Donc, bien qu'étant pour le fait que le wallon puisse apprendre le néerlandais s'il est utile dans sa vie avec le principe de l'apprentissage permanent (même si c'est plus compliqué, les footballeurs et les réfugiés y arrivent bien quand c'est nécessaire), je suis pour que le wallon, dans une région économiquement sinistrée, apprenne en priorité l'anglais, une langue facile à trouver dans son environnement immédiat et qui pourra lui ouvrir les portes aussi bien de Bruxelles (ou on parle plus français et anglais que néerlandais*), de la Flandre (où la majorité parle l'anglais) que du reste du monde occidental où l'anglais est souvent langue véhiculaire.

Oui, dans un monde idéal, pour l'image de la Belgique, il serait bien que le wallon soit au minimum trilingue français, anglais, néerlandais. 
Dans le monde réel, il sera au mieux bilingue français, anglais et ce serait déjà une avancée majeure quand on sait déjà le niveau moyen en français de nos jeunes.

Donc, arrêtez de vouloir imposer votre vision idéaliste biaisée par votre vécu personnel, que vous soyez bruxellois fan d'une Belgique idéale rêvée au 20eme siècle ou francophone fan du mode de vie flamand que vous pensez que l'on devrait tous connaître.  Dirigez plutôt le wallon vers ce qui le fera le mieux évoluer. et sortir de sa dépendance financière par le haut.


*Langues parlées à Bruxelles: le français (95,5%), l'anglais (35,4%), le néerlandais (28,2%)


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

7 points préalables pour rendre confiance dans un parti

This is the end... (La logique et la politique sont incompatibles)