Mon engagement d'électeur post Covid19

Nous vivons dans une démocratie représentative.  Qu'on l'aime ou pas, on doit pour le moment faire avec.  Mais élire des représentants ne veut pas dire "donner un blanc seing" à ces personnes qui disent nous représenter.  Il faut aussi pouvoir avoir des exigences avant de faire son choix.  Donc: 
  • Parce qu'il est trop facile de donner son vote à un parti ou un candidat sans trop objectiver son choix, ensuite se désintéresser de ce qu'il fait pour finalement se plaindre qu'il ne va pas dans le sens que l'on espère;
  • Parce qu'on a de nombreux exemples de personnes de qualité qui viennent dans certains médias défendre des idées et des projets en tant que signataires de cartes blanches, chercheurs ou simples citoyens mais qu'ils ne sont que rarement écoutés par les politiques ou que s'ils deviennent candidats, ils sont souvent obligés d'abandonner leurs idées pour les dogmes des partis;
  • Parce qu'on ne construit pas d'édifices solides sans bases saines et qu'en politique, ces bases saines ne peuvent être que des personnes et leurs profils et valeurs hors des "tours d'ivoire" car les idées des partis sont souvent impuissantes face à la situation complexe et aux institutions imbuvables de notre pays qui se basent sur des compromissions;
Pour toutes ces raisons, en tant qu'électeur potentiel de futures élections démocratiques belges, je prends l'engagement de ne plus jamais voter dans le monde post-covid pour un candidat qui ne se serait pas engagé de manière claire et transparente de manière publique à se battre :
  • pour promouvoir la limitation du cumul des mandats dans l'espace et dans le temps voire la fin des systèmes sociaux "exceptionnels" des mandataires parce qu'on ne rapprochera politique et citoyens que si la politique n'est plus un métier où les contraintes - bien que fortement présentes - sont trop éloignées de celles des citoyens lambda;
  • pour baser les décisions politiques, même si la décision finale leur revient, sur le travail public et transparent de vrais experts de terrain et de témoins de vie n'ayant pas de mandat politique (même s'ils ont des idées politiques et peuvent donc se rapprocher de certains partis) et plus des réflexions entre personnes qui partagent les mêmes dogmes dans des "centres de réflexions internes aux partis";
  • pour donner un vrai pouvoir aux votes blancs et nuls car diminuer la taille du gâteau afin de camoufler l'insatisfaction du peuple n'est pas rendre service à la démocratie et un jour, par dépit, le peuple votera en majorité pour les extrêmes, faute d'alternative réelle;
  • pour promouvoir des règles d'encadrement de l'économie pour que l'objectif premier reste le progrès et pas la cupidité.  L'économie a tout son sens et elle est à la base de toute société évoluée dans l'optique de produire de la richesse pour permettre la solidarité et l'équité avec les moins chanceux.  Mais sans balise, elle n'est qu'un outil pour quelques-uns avides de pouvoir et ce n'est pas la société que je veux voir perdurer demain.  L'économie doit être un outil, pas une fin en soi.

Il y a plein d'autres points qui m'importent (le Plan Sophia et le projet des 3D en sont de beaux exemples) mais sans cette base simple sur laquelle je pourrais interroger tout candidat, mon vote n'ira plus à personne

La délégation de pouvoir doit se faire en toute transparence et tant qu'on sera dans un système qui ne permet pas de donner son avis en cours de mandat, il faut pouvoir avoir confiance dans ses délégués.  En ce qui me concerne, sans ces quatre engagements, je n'accorderai plus ma confiance.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Grand retour de l'allocation universelle !

Le vrai perdant des élections au MR, c'est le progrès...

Sauver l'humain plus que l'économie. Oui, mais après?