Et si la solution politique, c'était le temps partiel?

"Les élus sont éloignés de la vrai vie."
"Les élus cumulent trop."
"Les élus gagnent trop d'argent."

Trois affirmations à la limite poujadistes (car englobant trop de monde, alors qu'un cas n'est pas l'autre) pour certains mais factuellement très justes pour d'autres.  Nombre d'élus ne savent pas ce que c'est que le monde du travail, où l'on doit se consacrer toute la journée à une tâche relativement répétitive pour un salaire souvent juste suffisant; ils ne connaissent donc que peu le problème des finances serrées en fin de mois ou d'autres principes liés à la vie des citoyens "de base".

"Tu peux construire la meilleure voiture de course du monde, avec un pilote qui ne sait pas conduire, tu ne gagneras pas un course."  Avant de repenser le système électoral, cherchons comment améliorer nos représentants...

Il y a peu, en discutant avec un élu sur les principes de gouvernance mis en place dans les pays nordiques, on abordait la disponibilité demandée à un représentant du peuple.  Dans ces pays nordiques, les élus sont des citoyens comme les autres: après 18h, il ne faut plus leur demander de se balader à gauche et à droite pour des activités politiques car ils se consacrent à leur vie privée.  Oui, et alors?
A-t-on vraiment besoin de bourreaux de travail dont les résultats sont souvent de toute façon plus influencés par les évolutions mondiales et les directives européennes que par leurs choix de politique?  Je suis loin d'en être convaincu.


Et si la solution venait du temps partiel?
Et si un élu ne le devenait qu'à mi-temps pour certains mandats et à quatre cinquième temps pour d'autres?
D'un côté, cela résoudrait le problème de la présence dans la "vie réelle", étant donné que plus de la moitié de son travail devrait rester dans cette vie réelle.
Cela demanderait sans doute de l'organisation, mais pas plus que pour nombre de travailleurs qui jouent avec plusieurs jobs.


Les réunions plénières devaient toutes avoir lieu le même jour (plus de cumul possible) et ne pourraient plus durer des jours et des nuits (moins de flibuste inutile et plus de résultats concrets).

Bien évidemment, la vie de certains élus serait chamboulée, car ils n'auraient plus le temps pendant leur mandat de préparer l'élection suivante.  Mais dans un monde où l'on désire que "élu" ne soit qu'une carrière temporaire, il pourrait de facto se consacrer à son travail de représentant actuel, sans s'occuper de la suite, puisqu'il aurait toujours un autre job.
Son salaire pourrait alors également être calculé sur base de ses autres revenus, pour éliminer les candidats par intérêt ou cupidité...

Plutôt que de vouloir tirer au sort des citoyens qui n'ont rien demandé pour siéger dans des assemblées dont certains n'ont peut-être rien à faire, pourquoi ne pas simplement envisager que ces élus d'assemblées soient simplement des citoyens comme les autres qui partagent leur temps de travail entre leur job de base et la partie "vie représentative"?

Bien évidemment, je ne dis pas que j'ai une vue exhaustive des problèmes et que tout serait si simple, mais je pense qu'on peut essayer d'inventer et de proposer de nouvelles solutions dans un monde qui s'enfonce de plus en plus vers le rejet de l'élu, de la politique et qui se tourne vers des solutions extrêmes...

Celle-ci pourrait être investiguée...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

7 points préalables pour rendre confiance dans un parti

This is the end... (La logique et la politique sont incompatibles)

La droite assume-t-elle ses positions égoïstes?